Les caractères des plaines et coteaux du Saumurois

Un plateau calcaire

Carte géologique des plaines et coteaux du Saumurois
Carte géologique des plaines et coteaux du Saumurois
Des mers successives pour des calcaires variés La région saumuroise se situe sur la marge occidentale du Bassin Parisien dont les formations sédimentaires viennent ennoyer au sud-ouest les terrains de nature schisto-gréseuse du socle armoricain. La présence du calcaire trouve son origine dans la succession des invasions marines qui ont déposé successivement des sédiments. À chaque retrait de la mer, les terres étaient soumises à d’intenses phénomènes d’érosion qui duraient jusqu’à la nouvelle immersion. Alors, la sédimentation reprenait et de nouveaux sédiments venaient recouvrir les précédents. Les anciennes côtes (cuestas) s’identifient et dessinent des lignes parfaitement lisibles dans le paysage, soulignées de masses boisées et/ou de parcelles viticoles. Au sud du plateau saumurois, des buttes épargnées par l’érosion (buttes témoins) témoignent de l’ancienne extension du tuffeau du Turonnien (Crétacé) : butte du Puy-Notre-Dame et les reliefs de Noyant, Ambillou et Antoigné (avec moins d’amplitude).
Schéma de principe expliquant le relief de cuesta
Schéma de principe expliquant le relief de cuesta
Des matériaux de construction disponibles sur site Les principales carrières de tuffeau (pierre de calcaire tendre) étaient réparties, dans l’ensemble du Saumurois, notamment sur le bord du Thouet, à Bagneux, Saint-Cyr, Brezé, Vivy et Saumoussay. Certaines carrières sont exploitées dès le VIIème siècle (carrière des sarcophages de Douces). Au XIXème siècle, plus de 100 carrières étaient en activité et fournissaient, en empruntant la Loire, les grands chantiers de Nantes. Les calcaires exploitables sont :
  • Le tuffeau du Turonien, pierre blanche du crétacé, affleurant largement sur le pourtour des plateaux et buttes dont il constitue une assise.
  • Le calcaire lacustre du Bartonien qui coiffe le plateau saumurois de Gennes à Saint-Hilaire-Saint-Florent et de Dampierre à Champigny
  • Le falun du Miocène, pierre ocre, appelée aussi grison parce qu’elle devient grise en vieillissant, plusieurs gisements épars mais le plus important d’entre eux est celui de Doué-La-Fontaine
Tonalités grises de la pierre de falun caractérisant le bâti de Doué-La-Fontaine
Tonalités grises de la pierre de falun caractérisant le bâti de Doué-La-Fontaine

Entre Loire et Layon, une organisation en bandes parallèles

Carte du relief et du réseau hydrographique des plaines et coteaux du Saumurois
Carte du relief et du réseau hydrographique des plaines et coteaux du Saumurois
Le territoire de cette unité paysagère s’inscrit entre les deux sillons profonds de la Loire au nord et du Layon au sud. Le plateau profondément entaillé par un réseau hydrographique dense (notamment le Thouet et son affluent La Dive), offre un relief complexe et moutonné qui engendre une perception agréable et toujours changeante des paysages. Dans ce contexte, le paysage s’organise en bandes parallèles à la Loire et au Layon :
  • La ligne de crête du coteau calcaire escarpé dominant la Loire ;
  • Une large bande d’ondulations boisées et de clairières agricoles et/ou viticoles, et parfois urbanisées ;
  • Un barreau visuel et physique formé de contreforts calcaires (cuesta) soulignés en ligne de crête par des boisements (notamment en aval de Saumur), couverts par des vignobles sur les pentes (notamment en amont de Saumur et ponctuellement en aval) et, en pied de paroi, par un habitat de caractère et de troglodytes ;
  • La plaine céréalière du Douessin constituée de larges ondulations soulignées par les lignes de culture, et ponctuée de bosquets de peupliers ou de quelques arbres isolés ;
  • La ligne de crête du coteau viticole du Layon, dont l’effet visuel est renforcé par le jeu de la faille du Layon.
Coupes transversales de principe permettant de comprendre et d'appréhender le relief de l'unité expliqué par son contexte géologique
Coupes transversales de principe permettant de comprendre et d'appréhender le relief de l'unité expliqué par son contexte géologique

Un patrimoine bâti ancien de caractère

Une palette chromatique identitaire : Toitures d’ardoises, façades de calcaire
L’habitat traditionnel de cette unité joue sur le contraste des couleurs chaudes et dures, sombres et claires… Les ardoises chapeautent les édifices. Le tuffeau et les moellons calcaires blanc-crème, lumineux et clairs, jouent un rôle important dans l’identité de la palette chromatique et texturale. Avec le temps le falun se grise et se ternit. Les pierres de taille sont utilisées sur les édifices majeurs, en encadrement de baies, pour les lucarnes, pour les corniches, souvent sculptées de motifs variés suivant les époques. Les moellons constituent les murs et les murets.

Palette chromatique et texturale liée au calcaire et à l'ardoise (Fontevraud-L'Abbaye )
Palette chromatique et texturale liée au calcaire et à l'ardoise (Fontevraud-L'Abbaye )
Un habitat troglodyte dense Le paysage troglodyte de cette unité regroupe plusieurs formes d’habitats aux caractéristiques architecturales bien identifiables. Troglodytes de plaines ou de coteaux se retrouvent alternativement en habitat isolé ou en anciens villages (exemple : Le quartier de la Seignerie au Coudray-Macourd, la rue des Perrières à Doué-La-Fontaine, le village de Rochemenier…). Il offre soit une architecture sobre reflétant une occupation rurale soit au contraire des façades travaillées et ornementées, reflet d’un habitat seigneurial.
Troglodytes de coteau pour stockage, caves … (Saint- Rémy-La-Varenne)
Troglodytes de coteau pour stockage, caves … (Saint- Rémy-La-Varenne)
Hameau appuyé sur le contrefort calcaire (cuesta) soulignant les ondulations boisées du plateau du saumurois, où maisons et troglodytes sont systématiquement associés … (Grézillé)
Hameau appuyé sur le contrefort calcaire (cuesta) soulignant les ondulations boisées du plateau du saumurois, où maisons et troglodytes sont systématiquement associés … (Grézillé)
Constante dans ce paysage, cet habitat engendre souvent un effet de surprise lié à une découverte tardive. L’extraordinaire densité du troglodytisme de plaine est spécifique à cette région et ne se retrouve nulle part ailleurs en France.
Troglodyte de plaine réaménagé (Rochemenier)
Troglodyte de plaine réaménagé (Rochemenier)
Un habitat rural sous forme de hameaux L’urbanisation rurale de cette unité paysagère s’appuie sur un habitat groupé sous forme de hameaux. Points de repères et relais visuels dans le paysage, ces hameaux jouent sur un registre de murs et l’imbrication des volumes bâtis en association avec le végétal constituent des ensembles cohérents et homogènes dont on ne perçoit la qualité et la diversité architecturale qu’en les pénétrant.
Habitat rural traditionnel sous forme de hameau, La Motte (Artannes-sur-Thouet)
Habitat rural traditionnel sous forme de hameau, La Motte (Artannes-sur-Thouet)
L’habitat traditionnel du Saumurois a évolué au cours des siècles mais il présente une unité architecturale. Il s’est toujours adapté au système de production traditionnel de céréales et vignes d’où l’importance des volumes nécessaires pour stocker le matériel, héberger les chevaux et conserver la nourriture des animaux (foin, paille…). La maison et les bâtiments forment une cour intérieure fermée par un mur avec un portail d’entrée. L’habitat troglodyte de coteau ou de plaine avec ses annexes construites s’est transformé au XIXème siècle avec la construction :
  • de grands volumes d’habitation ;
  • de maisons à plusieurs pièces avec façade travaillée (frontons, encadrements…) qui traduisent l’enrichissement progressif du pays (développement entre autre de la viticulture) ;
  • sur la maison, présence d’un grenier à céréales et en dessous la cave - Accolée à la maison, le pressoir d’où s’écoulait directement le vin vers la cave ;
  • les annexes et les stockages sont soit des bâtiments indépendants soit, dans la majorité des cas, aménagés dans d’anciennes caves d’extraction du tuffeau. (Au XIXème, il existait plus de 100 caves d’extraction de tuffeau. Aujourd’hui, une seule cave reste en activité. Elles ont ainsi été progressivement reconverties).
Croquis illustrant les volumes de l'habitat rural traditionnel (B.DUQUOC - Source Atlas de paysages de Maine-et-Loire de 2002)
Croquis illustrant les volumes de l'habitat rural traditionnel (B.DUQUOC - Source Atlas de paysages de Maine-et-Loire de 2002)
De nouveaux bâtiments étendent ces hameaux traditionnels et font souvent l’objet d’un accompagnement paysager.
Bâtiment d'exploitation récent en appui sur les boisements, s'intégrant dans le paysage ouvert grâce à l'utilisation du bois naturel, et dont l'impact pourrait être adouci par un accompagnement paysager (Dénezé-sous-Doué)
Bâtiment d'exploitation récent en appui sur les boisements, s'intégrant dans le paysage ouvert grâce à l'utilisation du bois naturel, et dont l'impact pourrait être adouci par un accompagnement paysager (Dénezé-sous-Doué)
Diversité des points d’appels architecturaux Les moulins (moulins tour, cavier ou chandelier… plus ou moins bien conservés) ponctuent et animent la silhouette des hameaux. Les manoirs et parcs, propriétés viticoles témoignent de la richesse de ce territoire et ponctuent le paysage constituant des points de repères. Les silos agricoles dominent la plaine par leur volume et jouent aussi le rôle de points de repère.
Une multitude de points de repères dans ce paysage ouvert de plaine et clairières
Une multitude de points de repères dans ce paysage ouvert de plaine et clairières
Des bourgs et villages de caractère Les bourgs tirent leur caractère de leur qualité architecturale et de leur patrimoine.
Silhouette patrimoniale du Coudray-Macouard se détachant sur le fond arboré du parc, le jeu de la topographie rendant les extensions invisibles depuis cette perception nord (Artannes-sur-Thouet)
Silhouette patrimoniale du Coudray-Macouard se détachant sur le fond arboré du parc, le jeu de la topographie rendant les extensions invisibles depuis cette perception nord (Artannes-sur-Thouet)
Ils ponctuent et animent les vues longues et dégagées, tant à l’échelle de la plaine, que des clairières boisées ou des coteaux viticoles. Ils sont généralement repérés par le clocher en point d’appel ou un château et accompagnés d’une végétation de parcs ou de jardins. L’implantation des bourgs souvent en position légèrement dominante, s’adapte au contexte topographique et propose de fait des silhouettes urbaines diversifiées :
  • Bourgs de plaine dont la silhouette est assimilable à une ligne
  • Bourgs-rues le long des axes structurants, à l’urbanisation étirée, l’axe du fait de son ampleur faisant fracture au coeur du bourg
  • Bourgs étagés sur les ondulations et les buttes, en appui parfois sur les lisières boisées des clairières, pour lesquels l’urbanisation s’étage sur les pentes rendant parfois l’intégration des extensions récentes plus difficiles (ex : Montreuil-Bellay, Vaudelnay).
Bourg rue sur l'ancienne départementale et développement artisanal en entrée sud-est du bourg proche de l'échangeur de la nouvelle déviation RD 761 (Ambillou-Château)
Bourg rue sur l'ancienne départementale et développement artisanal en entrée sud-est du bourg proche de l'échangeur de la nouvelle déviation RD 761 (Ambillou-Château)
Silhouette du bourg de Mollay dans la plaine, ligne fine dominée par le clocher de l'église (Saint-Juste-sur-Dive)
Silhouette du bourg de Mollay dans la plaine, ligne fine dominée par le clocher de l'église (Saint-Juste-sur-Dive)
La qualité du premier plan joue un rôle indéniable dans la perception des bourgs. Leur mise en scène est facilité par un paysage agricole entretenu et dynamique, une interface entre espace rural et espace urbain lisible et composée.
Ces deux silhouettes du bourg de Brézé soulignent l'importance du premier plan agricole et de la composition de la frange urbaine. Les rangs de vignes, instaurent un jeu perspectif, la frange nette et composée valorise le patrimoine bâti (Brézé)
Ces deux silhouettes du bourg de Brézé soulignent l'importance du premier plan agricole et de la composition de la frange urbaine. Les rangs de vignes, instaurent un jeu perspectif, la frange nette et composée valorise le patrimoine bâti (Brézé)
L’unité des plaines et coteaux du Saumurois accueille toutes les échelles urbaines, de l’agglomération saumuroise, aux petites villes et bourgs (Doué-La-Fontaine, Montreuil-Bellay, Les Alleuds, Ambillou-Château …) aux petits villages à la structure urbaine de hameau (Coutures, Saint-Georges-des-Sept-Voies).
Structure urbaine de hameau : Rues dessinées par les jardins et les différents volumes construits sans alignement ni orientation dominante (Dénezé-sous-Doué))
Structure urbaine de hameau : Rues dessinées par les jardins et les différents volumes construits sans alignement ni orientation dominante (Dénezé-sous-Doué))
Si ces bourgs et villages participent aux caractères du paysage, l’impact de leur développement est aujourd’hui tout aussi marquant (cf. chapitre des dynamiques paysagères).

Un terroir aux multiples facettes : un paysage de contraste

Des bois et forêts sur le plateau nord
Le couvert végétal du plateau nord est majeur et s’il souligne les crêtes du coteau de Loire et du revers de cuesta, il dessine aussi de nombreuses clairières agricoles et habitées de taille variable. Les massifs forestiers, majoritairement feuillus (chêne pubescent, orme, chêne sessile …) présentent une échelle intime, un paysage fermé, caractérisé par des vues courtes.
Seules les voies de communication ouvrent des perspectives dans ce paysage sans repère majeur.

Importance des lisières qui ferment les vues et qui composent un arrière-plan sur lequel se détache le patrimoine (Saint-Cyr-en-Bourg)
Importance des lisières qui ferment les vues et qui composent un arrière-plan sur lequel se détache le patrimoine (Saint-Cyr-en-Bourg)
L’entrée et la sortie des bois et forêts constituent des évènements marquants : effet de surprise, alternance et contraste entre fermetures et ouvertures, ombre et lumière, présence rélictuelle de landes. L’effet de surprise est encore plus marquant au niveau de la limite nord avec des percées visuelles sur le Val d’Anjou. Les bois et forêts gomment visuellement les reliefs pourtant présents liés à une très grande densité de cours d’eau.
Ensembles forestiers majoritairement feuillus qui accueillent ponctuellement des résineux modifiant les ambiances de sous-bois et les jeux de lumière (Brézé)
Ensembles forestiers majoritairement feuillus qui accueillent ponctuellement des résineux modifiant les ambiances de sous-bois et les jeux de lumière (Brézé)
Des vallons soulignés par une forte densité végétale Les reliefs des vallons (Aubance, Thouet, Dive, ruisseaux de la Fontaine Bournée et du Doué …) sont plus ou moins marqués, mais la perception des cours d’eau est toujours soulignée par la présence d’une forte densité végétale qui s’organise en trois strates :
  • la ripisylve ondulante soulignant les rivières et cours d’eau, composée d’aulnes, de saules, peupliers noirs et trembles, frênes …
  • le réseau de haies bocagères qui cloisonnent le paysage, et créent un évènement dans ce paysage majoritairement ouvert (jeu d’ouverture et de fermeture du paysage)
  • le développement de peupleraies
Les rivières et cours d'eau sont signalés par des lignes végétales importantes bocagères ou de peupliers. Ces derniers écrans opaques en été, proposent une transparence en hiver
Les rivières et cours d'eau sont signalés par des lignes végétales importantes bocagères ou de peupliers. Ces derniers écrans opaques en été, proposent une transparence en hiver
Si le maillage bocager et la populiculture constituent des caractères de l’unité, l’évolution du maillage est précisée dans le chapitre sur les dynamiques paysagères.

Une agriculture diversifiée
L’unité paysagère se caractérise par :

  • La prédominance des grandes cultures dans la plaine, induisant un paysage ouvert, caractérisé par de grandes covisibilités et un effet de mise en scène
Paysage ouvert de grandes cultures dans la plaine (Louresse-Rochemenier)
Paysage ouvert de grandes cultures dans la plaine (Louresse-Rochemenier)
  • L’importance de l’horticulture, le développement du maraîchage (melon par exemple) et les rosiéristes (réputés mais visuellement assez discrets, premier bassin français du rosier avec de l’ordre de 75 producteurs, 8 millions de rosiers, 150 ha, 250 emplois - activité de pépinières) qui contribuent à la saisonnalité chromatique des paysages, induisant un patchwork de carrés colorés, animant la plaine.
Diversité des couleurs et textures associées aux cultures horticoles et pépinières habillant la plaine douessine
Diversité des couleurs et textures associées aux cultures horticoles et pépinières habillant la plaine douessine
Valorisation et mise en scène du bâti, par les tonalités des champs de fleurs dans les clairières boisées (Saint-Rémy- La-Varenne)
Valorisation et mise en scène du bâti, par les tonalités des champs de fleurs dans les clairières boisées (Saint-Rémy- La-Varenne)
  • La force des coteaux viticoles, dont les rangs induisent des directions, des rythmes, structurent le paysage et soulignent les reliefs. La viticulture s’accompagne aussi d’un patrimoine bâti de qualité, de la loge de vignes au château ou à la demeure bourgeoise et ses caves troglodytes. Ce patrimoine est souvent mis en scène par un premier plan viticole ordonnancé.
Paysage ouvert, ordonné et rythmé par les rangs de vignes, des coteaux viticoles du Thouet (Saint-Cyr-en-Bourg)
Paysage ouvert, ordonné et rythmé par les rangs de vignes, des coteaux viticoles du Thouet (Saint-Cyr-en-Bourg)
  • La ponctuation des parcelles arboricoles dans les clairières des contreforts boisés aux abords de Saint-Rémy-La-Varenne notamment.
Arboriculture fruitière signalée au loin par les voiles blancs réfléchissants la lumière (Saint-Rémy-La-Varenne)
Arboriculture fruitière signalée au loin par les voiles blancs réfléchissants la lumière (Saint-Rémy-La-Varenne)

La multitude des infrastructures

L’unité des plaines et coteaux du Saumurois est profondément marquée par les infrastructures qui soulignent aussi son dynamisme économique :

  • un réseau électrique aérien dense organisé en étoile depuis le poste électrique de Distré : Implanté au sud du bourg de Distré, dans un paysage agricole ouvert et dégagé, animé de douces ondulations, le poste EDF impose le maillage du réseau électrique et les bâtiments du poste.
Un paysage fortement impacté par la densité des réseaux électriques (Saint-Cyr-en-Bourg)
Un paysage fortement impacté par la densité des réseaux électriques (Saint-Cyr-en-Bourg)
  • des infrastructures routières marquantes traversant la plaine du Douessin et reliant les trois centres urbains (Saumur - Doué-La-Fontaine - Montreuil-Bellay). L’axe historique de la RD 781 est à l’origine de l’implantation de plusieurs villages-rues (Ambillou- Château, Louresse…) dont certains sont aujourd’hui contournés donnant une nouvelle image de ceux-ci (changement de fonction de l’axe principal), sa mise à deux fois deux voies impacte lourdement la configuration topographique des paysages en induisant d’importants déblais et remblais dans ce paysage de plaine. Cela se traduit par la fermeture des abords de la route par des merlons végétalisés (protection des riverains contre les nuisances sonores) et la mise à nu de la roche (calcaire) dans les parties en déblai.
Des paysages routiers qui changent d'échelle dans ce paysage ouvert
Des paysages routiers qui changent d'échelle dans ce paysage ouvert
Si ces infrastructures constituent des caractères identitaires de l’unité paysagère, elles sont développées dans la partie dynamique.

Pour aller plus loin sur le patrimoine culturel et naturel

Patrimoine culturel :

Patrimoine naturel :

Sources bibliographiques

  • BOSC & PIGOT, VU d’ICI, Bruno DUQUOC. Atlas des paysages de Maine-et-Loire. Département de Maine-et-Loire, DIREN, Pays de la Loire, DDE Maine-et-Loire Version éditée Le Polygraphe, 2002.
  • BOSC & PIGOT, VU d’ICI, Bruno DUQUOC. Dossier Etude de l’Atlas de paysages de Maine et Loire. 1999 – 2001.
  • Laboratoire régional des ponts et chaussées d’Angers. Etude cartographique des aléas liés à la présence de cavités dans la région saumuroise. DDE de Maine-et-Loire SAUE/CM ANGERS. 1996.

Partager la page

S'abonner