La Loire des promontoires



Dans son arrivée dans le massif armoricain, la vallée ligérienne est moins large qu’en amont d’Angers, ce qui donne plus d’importance au dialogue de coteau à coteau. Ces derniers plus marqués offrent de véritables belvédères permettant d’apprécier toute l’amplitude des paysages ligériens avec ses îles habitées. Les paysages jouent des contrastes entre la puissance du fleuve, les prairies humides du fond de vallée et les coteaux rocheux parfois arides. Ils gardent encore une forte dimension patrimoniale avec ses bourgs structurés sur les coteaux ou en port sur le fleuve et de nombreux châteaux mis en scène dans leur vaste parc paysager. Contrastant nettement avec la végétation ligérienne les planches de cultures maraîchères développent à l’approche de Nantes une mosaïque plus rigoureuse de teintes franches variant au gré des cultures.

Véritable axe commercial historique, la Loire est restée longtemps l’infrastructure majeure du territoire qui s’est traduite par de nombreux quais, cales et ports fluviaux. Les infrastructures récentes ont aujourd’hui plus cherché à s’affranchir des caprices du fleuve ; les levées d’abord, les nombreux ponts et surtout la voie ferrée ont progressivement coupé le contact direct avec le fleuve facilitant ainsi les communications au travers du val.

La lisibilité de ce paysage tient à la fois au maintien de l’ouverture visuelle du fond de vallée, la préservation du patrimoine hydraulique et l’adaptabilité aux inondations. La prédominance des coteaux constitue également un élément majeur de qualité de ces paysages. L’évolution de l’occupation du sol y est particulièrement lisible notamment en ce qui concerne l’urbanisation et la diminution de la viticulture ou le boisement.

Consulter les cartes et blocs diagrammes de l’unité paysagère de la Loire des promontoires
Pour en savoir plus sur l’unité dans son contexte régional :

Consulter les vues caractéristiques géolocalisées de la Loire des promontoires

Partager la page

S'abonner