Une triple approche du paysage pour en restituer sa complexité

Les atlas de paysages assurent l’application de l’article 6C de la convention européenne du paysage relatif à l’identification et la qualification des paysages. Conformément à ce traité international, trois approches complémentaires doivent être prises en compte :

  • L’identification et la caractérisation des familles et unités paysagères
  • La mise en évidence des représentations culturelles et des perceptions sociales
  • L’identification des dynamiques des paysages et des enjeux

L’identification et la caractérisation des familles et unités paysagères


Une première analyse, à caractère géographique, vise à mettre en évidence les structures paysagères, traits caractéristiques des paysages.

Cette approche est élaborée aux différentes échelles décrites ci-dessus. Elle s’appuie notamment sur les atlas de paysages existants (avec lesquels il faut assurer la cohérence) et sur les ressources documentaires et cartographiques actualisées.

En parallèle, un premier balayage des représentations et des perceptions sociales a été effectué.

Cette première base de connaissance des éléments de composition des paysages est complétée par une approche des dynamiques.

La synthèse de ces approches a permis d’établir une première carte théorique des unités paysagères. Celle-ci a été confrontée à une expertise de terrain et mis en débat dans une concertation à l’échelle départementale et interrégionale afin de faire émerger la carte des unités paysagères à l’échelle régionale.

La notion de structure paysagère est au cœur des réflexions. Elle permet ainsi de définir des familles de paysages liées aux caractères géographiques et de travailler sur les dynamiques et les enjeux à l’échelle de la région.

Pour assurer une filiation entre les deux générations d’atlas de paysages, les correspondances entre les unités paysagères des atlas de paysages départementaux et celles actualisées de l’atlas de paysages régional, sont expliquées dans les unités unités paysagères, dans l’article consacré aux limites et continuités paysagères.

La mise en évidence des représentations culturelles et des perceptions sociales

Il s’agit de collecter et analyser les représentations culturelles et les perceptions sociales à différentes échelles, concernant aussi bien les paysages remarquables, que ceux « du quotidien » qui constituent le cadre de vie des populations. Cette partie était abordée assez légèrement dans les atlas départementaux publiés et il n’y avait pas eu de démarche participative.

L’objectif au sein de cet atlas de paysages n’est en aucun un recensement exhaustif des œuvres littéraires, des peintures … ni une chronologie fidèle au fil des siècles mais bien la mise en exergue d’instants choisis qui reflètent les représentations les plus souvent retrouvées.
Afin d’être cohérent sur l’ensemble de la région, les sources utilisées pour cette analyse des représentations sont les revues publiées par le conseil régional :

  • le corpus des revues 303, revue culturelle régionale depuis 30 ans,
  • les publications de Jacques BOISLEVE (né en 1943 à Saint-Florent-le-Vieil, écrivain et journaliste, auteur d’une quinzaine d’ouvrages qui traitent de la Loire, de l’Anjou ou de l’écrivain Julien Gracq dont il fut l’ami.)
  • le recueil « Promenades littéraires en Pays de la Loire »

Pour en savoir plus sur la méthodologie liée à l’étude des représentations

Pour en savoir plus sur la méthodologie d’appréhension des perceptions sociales

L’identification des dynamiques des paysages et des enjeux

L’étude de la genèse des paysages contemporains a déjà été faite dans les atlas de paysages départementaux publiés (sauf en Vendée). L’actualisation des atlas est une formidable opportunité pour analyser et comprendre l’évolution du paysage sur les 10 dernières années. La compréhension fine des dynamiques de paysage permet de mieux identifier les enjeux paysagers pour les différents acteurs (c’est-à-dire ce que chaque « acteur » craint de perdre ou espère gagner en terme de qualités paysagères, en fonction des compétences qui lui sont propres.).


Un premier travail d’observation des dynamiques telles qu’elles avaient été décrites dans les atlas précédents a permis de faire un état des lieux par thématique. Ce travail a permis par ailleurs de guider les recherches pour préparer à partir de données cartographiques ou statistiques existantes à l’échelle régionale un état des lieux synthétique des dynamiques d’évolution des paysages de ces dernières décennies par thématique.

Cet état des lieux a permis de lancer le débat dans le cadre de cinq tables rondes départementales thématiques (un thème par table ronde dans chacun des départements de la région). Ces tables rondes rassemblaient des professionnels du paysage ou des spécialistes de la thématique donnée (à l’échelle régionale ou départementale). L’objectif était au travers des débats et des retours de faire ressortir les grandes évolutions des paysages régionaux en relation avec la thématique donnée. Il s’agit de faire ressortir à la fois les tendances d’évolutions mais aussi les facteurs déterminant ces évolutions et les indicateurs possibles. A l’issue de ces tables rondes, un temps a été consacré pour révéler les grands enjeux pour les paysages demain face à ces dynamiques.

Ce travail sur les dynamiques et les enjeux est ensuite affiné à l’échelle de chaque unité paysagère pour mieux comprendre les évolutions et les enjeux paysagers qui s’imposent au territoire.

Partager la page

S'abonner