Une démarche volontairement participative

Une démarche participative

L’Atlas de paysages des Pays de la Loire a pour vocation d’être un outil de connaissances partagée. La démarche participative est indispensable à l’élaboration et l’appropriation du projet. Elle s’est mise en place aux différents étapes du projet.

La participation est l’action de participer, de prendre part à quelque chose, par extension d’être impliqué dans…. Il existe :

Différents degrés de participation dans la démarche :

  • La consultation : les personnes sont invitées à s’exprimer sur les questions et thèmes en lien avec le paysage
  • La concertation : échanges et discussions en vue de partager des informations, des expériences et des réflexions avec l’aide d’un tiers indépendant qui permette d’assurer le bon déroulement des échanges.

Des espaces sous différentes formes qui permettent de dialoguer et d’échanger :

  • Des instances formelles dans la durée : le Comité de suivi scientifique et technique, les Comités départementaux
  • Des instances ponctuelles : les participants au séminaire, les groupes d’entretiens

Des études et analyses pour approfondir et partager les connaissances : les équipes techniques de la Maîtrise d’œuvre

Des outils pour la diffusion et le partage de l’information : le site internet

L’Atlas, support des connaissances partagées se co-construit avec les équipes de la Maîtrise d’Ouvrage, de la Maîtrise d’œuvre et les participants des différents comités.


Une démarche de réalisation ouverte à la participation et à l’échange

Afin de répondre au mieux à la dimension de perception locale des paysages et surtout d’impliquer les différents partenaires mobilisés, la démarche de réalisation de l’atlas s’est très largement appuyée sur une animation des différentes instances pour :

  • Interroger sur la pertinence des résultats et des choix de l’équipe de maîtrise d’œuvre
  • Mettre en situation les différents intervenants pour mieux appréhender le paysage et les notions qui lui sont associées
  • Participer à la définition des unités paysagères, la compréhension des dynamiques et la formulation des enjeux

Ainsi plusieurs temps forts ont permis de mobiliser largement de nombreux acteurs du paysage tant à l’échelle régionale que départementale :

  • Deux journées de lecture des paysages sur des itinéraires trans-départementaux (juin 2013)
  • Des échanges départementaux et interrégionaux sur la délimitation et la dénomination des unités paysagères (décembre 2013)
  • Un séminaire paysage organisé sur deux jours par la DREAL où l’atlas a pu être présenté (janvier 2014)
  • Cinq tables rondes départementales de réflexion sur les grands thèmes des évolutions et des enjeux de paysages (février 2014)
  • Une réunion de travail sur la question du lien entre l’atlas de paysages et les études de trame verte et trame bleue à l’échelle régionale (février 2014)
  • Des entretiens sociologiques, organisés dans 38 villes réparties sur l’ensemble du territoire régional (juin à septembre 2014)
  • 5 ateliers départementaux sur la qualification des unités paysagères et la définition des sous unités paysagères (juin et septembre 2014)
  • 5 ateliers départementaux sur la perception sociologique des paysages et leurs évolutions (octobre – novembre 2014)
  • 5 réunions de présentation du contenu des unités paysagères dans chacun des départements. Ces réunions ont été suivies d’une phase de relecture et de validation par les différents acteurs : services de l’Etat, collectivités territoriales, associations, chambres consulaires, …

L’objectif de cette mise en débat sur différents formats de rencontres et sur des supports différents a été non seulement de nourrir les réflexions dans le cadre de l’atlas de paysages mais aussi de sensibiliser les différents partenaires à l’appréhension des paysages et de l’outil qu’est l’atlas.

Pour en savoir plus sur la co-construction d’un atlas de paysages avec les acteurs du territoire

Partager la page

S'abonner