Les sous-unités paysagères des gâtines tourangelles


Cette unité paysagère qui se caractérise par un vaste plateau agricole ondulé, trouve des variations dans la configuration des vallées qui l’entaillent et dans l’occupation des sols par des cultures dites spécialisées :
  • Une vallée ample comme la Fare, à l’ouest ou des vallées profondes et encaissées comme l’Escotais (ou le Nais), la Vandoeuvre et la Dême à l’est
  • Une arboriculture fruitière très développée à l’ouest de l’Escotais notamment
  • Un petit secteur viticole dominant le Loir sur les hauteurs de Marçon à la confluence entre la Dême et le Loir
  • Une influence du « Maine roux » selon l’appellation de Paul Delaunay (Les régions de la Sarthe in Jeanne Dufour, Agriculture et agriculteurs dans les campagnes mancelles p.50) dans les couleurs chaudes des enduits et encadrements des ouvertures

L’ensemble de ces critères permet de distinguer 2 sous-unités paysagères :

  • Les gâtines tourangelles du Loir viticole à l’est
  • Les gâtines sous influence du Loir à l’ouest

Les gâtines tourangelles du Loir viticole

Cette sous-unité paysagère s’organise autour d’un plateau céréalier très ouvert légèrement ondulé aux vues longues et dégagées. Celui-ci est ponctué et animé par le bâti dispersé (isolé ou petits hameaux) et quelques boisements épars. Les vallées sont marquées et constituent un évènement dans le plateau. En limite ouest de l’unité, autour de la vallée de l’Escotais, on note encore la présence de vergers mais l’activité arboricole ne franchit pas la Vandoeuvre.


Si la viticulture a probablement été plus répandue dans le passé comme en témoignent quelques loges de vignes isolées, elle déploie ses rangs principalement sur les hauteurs de Marçon, dominant la vallée du Loir.

Les gâtines sous influence du Loir

Cette sous-unité se caractérise principalement par la présence importante d’arboriculture fruitière qui développe ses lignes structurées de fruitiers parfois recouverts de filets. Ils occultent les rythmes des lignes d’arbres taillés les remplaçants par des surfaces homogènes blanches au fort impact paysager. Ces cultures s’accompagnent du développement de grosses infrastructures agricoles et des bâtiments imposants sur le plateau.


Elle accueille par ailleurs une plus forte densité de boisements. Ils referment les vues et créent des effets visuels de relais induisant une perception dynamique du paysage. La Fare, vallée large aux versants doux (relief peu marqué), comme son affluent le vallon de Chenu, induisent des ondulations souples, soulignées par les rangs des vergers.
Un riche patrimoine architectural rappelant l’identité de la vallée du Loir anime les paysages vallonnés.
Cette sous-unité est marquée au sud par l’implantation de la carrière d’exploitation des calcaires dans les carrières de la cimenterie de Villiers au Bouin.

Partager la page

S'abonner