Les marais de Vilaine



Faisant la limite avec la Bretagne voisine, la vallée de la Vilaine se distingue par son large fond plat inhabité, souvent inondé. Cette horizontalité souligne des coteaux parfois très marqués et incisés de nombreuses vallées secondaires. Traversée par le canal de Nantes à Brest, profitant de la confluence avec l’Ouest et l’Isac, cette unité est à la fois frontière naturelle et lieu de passage entre les deux régions. Par leur ampleur et leur diversité, les marais de Vilaine composent des paysages d’eau bien particuliers. Ils sont souvent le creuset d’une culture spécifique et de modes d’appropriation spécifiques du territoire en lien avec le rythme des inondations. Ce sont également, les paysages les moins peuplés de la région et constituent de fait des espaces naturels remarquables et de grande amplitude, ce qui leur vaut des niveaux de protection souvent très importants.

Si pour la plupart, ce sont des paysages construits et riches d’une histoire où l’eau prend une part importante, ce sont aujourd’hui, des espaces fragiles car dépendants de mode de gestions ruraux, parfois anciens, qui ont souvent du mal à perdurer. Les dynamiques naturelles tendent à refermer complètement ces paysages par un boisement progressif. Ce sont par ailleurs, des territoires le plus souvent sous une forte pression urbaine.

Consulter les cartes et blocs diagrammes de l’unité paysagère des marais de vilaine
Pour en savoir plus sur l’unité dans son contexte régional :

Consulter les vues caractéristiques géolocalisées des des marais de vilaine

Partager la page

S'abonner