Les enjeux des vallées du pays de Laval


Les enjeux développés sont des pistes de réflexion et d’action pour les acteurs locaux qui font écho aux enjeux révélés à l’échelle régionale. Ils se traduisent de manière synthétique dans le bloc-diagramme ci-dessus.

Préserver la diversité des paysages ruraux en tenant compte des pratiques agricoles contemporaines

Les vallées du Pays de Laval sont caractérisées par un bocage fragmenté, une activité agricole encore présente et influente et un développement périurbain autour de Laval. La ruralité de l’unité évolue mais conserve des bourgs ruraux atypiques, une agriculture liée au terroir accompagné de haies, bois et boisements. Le développement économique des vallées du Pays de Laval
passe par le confortement et l’adaptation de l’activité agricole aux abords de l’agglomération lavalloise.

  • Renforcer la maîtrise du foncier à destination agricole
  • Assurer la mise en œuvre des actions locales prévues telles que la charte agricole de Mayenne de 2010, ou encore le plan bocage de Communauté de communes du Pays de Loiron
  • Recomposer le bocage à une échelle compatible avec l’activité agricole et éviter la simplification des paysages de grandes cultures : assurer la pérennité des boisements, des arbres d’alignement et des arbres isolés qui ponctuent le paysage
  • Participer à l’intégration des bâtiments liés à l’activité agricole en réfléchissant à leur implantation, leur volumétrie et leur aspect, notamment par rapport aux hameaux traditionnels et à la palette chromatique identitaire
  • S’appuyer sur les trames bocagères existantes notamment dans les vallées et aux abords des bourgs en régénérant les haies, préservant les grands sujets et le petit parcellaire
  • Partager la connaissance des différents usages économiques, écologiques et paysagers des haies avec les acteurs concernés
  • Favoriser l’intégration d’une agriculture péri-urbaine, espaces de transition et de loisirs, espaces de production en dialogue direct avec les consommateurs (sensibilisation, reconnaissance des produits « terroir », …), respect des distances de réciprocités, limitations des conflits d’usages (accès, projets d’exploitations)

Maîtriser les développements urbains

L’unité paysagère est sous l’influence de l’agglomération lavalloise. Le caractère rural des bourgs se perd au profit d’une périurbanité. Le rapport entre les villes/bourgs et la campagne est parfois brutal et les franges urbaines sont peu valorisantes. Dans une gestion économe de l’espace et une maîtrise de l’urbanisation, l’unité doit conforter son identité, architecturale et paysagère, tout en permettant de développer des équipements et des aménagements pour le renouvellement des populations.

  • Maîtriser les extensions urbaines pour garantir une gestion économe de l’espace et la lisibilité du paysage
  • Utiliser la maille bocagère pour travailler la perception des franges urbaines et de l’habitat diffus
  • Promouvoir un traitement qualitatif des franges : limites de l’urbanisation, continuité entre les quartiers
  • Veiller à la cohérence architecturale et paysagère des différents quartiers en fonction de leur implantation
  • Favoriser une démarche de renouvellement propice au maintien de centre bourgs vivant et habité, veiller à prioriser les démarches de renouvellement urbain et à utiliser le potentiel du tissu bâti existant (dents creuses, réaffectation, réhabilitation de friches industrielles)

Accompagner l’aménagement des infrastructures et des zones d’activités

Les vallées du Pays de Laval sont traversées de nombreuses infrastructures de transports. Le long de ces axes se sont développés des zones d’activités, des grands équipements et de grandes entreprises. La cohérence entre développement et préservation des paysages agricoles qui caractérisent l’unité n’a pas été toujours réussie et témoigne du manque d’accompagnement du développement économique.

  • Limiter et qualifier les délaissés urbains ou routiers
  • Valoriser les perspectives et panoramas remarquables
  • Favoriser le traitement qualitatif des entrées de ville en travaillant la transition entre l’espace rural et l’espace urbain
  • Concevoir les zones d’activités comme des opérations d’urbanisme qui composent avec les quartiers et le paysage environnant et choisir le bon emplacement : éviter les implantations en point haut – concilier l’effet de vitrine et le maintien de la qualité de l’entrée de ville – gérer les espaces de recul entre les voies et les bâtiments
  • Assurer la qualité des espaces publics en s’appuyant sur des chartes architecturales et paysagères
  • Travailler au traitement des abords des bâtiments les plus isolés et des carrières (implantation, topographie, architecture, clôture plantation)
  • Anticiper l’évolution de la réhabilitation des carrières et leur lien avec leur environnement

Favoriser la découverte et l’accessibilité des paysages de vallée

L’unité paysagère des vallées du Pays de Laval est composé d’éléments naturels variés mais parfois peu lisibles et peu accessibles.
Le rapport fort à l’eau et à la vallée de la Mayenne notamment invite à requalifier les berges et les coteaux associés à ces espaces. En lien avec le développement touristique et les loisirs, les vallées méritent une amélioration de leur accessibilité.

  • Valoriser le rapport de la ville à l’eau au travers d’espaces publics de qualité et de convivialité (quais, port, chemins de rive, franchissements …)
  • Conforter les équipements facilitant la découverte des paysages de vallée et principalement la Mayenne
  • Veiller à la qualité des équipements en lien avec l’activité touristique (aire de stationnement, campings, haltes nautiques…)
  • Valoriser les premiers plans des axes de découverte, les points de vue et belvédères
  • Préserver le petit patrimoine vernaculaire au même titre que le patrimoine historique (pont, abbaye, moulins, écluses, forges …)
  • Limiter la fermeture des fonds de vallée pour maintenir les perspectives
  • Soigner l’occupation des coteaux : préserver le petit parcellaire et le réseau de chemin à l’appui des pentes, assurer le dégagement des points de vues, valoriser la perception du patrimoine

Identifier et valoriser les éléments patrimoniaux dans toute leur diversité

Les vallées du Pays de Laval sont composées d’un patrimoine riche et diversifié : sites industriels patrimoniaux, architecture et bâti traditionnel,…

  • Promouvoir les paysages à forte identité : sites industriels patrimoniaux (Port-Brillet), panoramas, principaux boisements, site classé de la vallée des étangs (Launay-Villiers), anciens Fours à chaux…
  • Identifier et requalifier le patrimoine architectural qui contribue à la construction de l’identité paysagère des bourgs et du paysage (maisons de tisserands, maisons ouvrières, forges, parc arboré des châteaux sur le plateau, châteaux au cœur de leurs parcs ouverts sur la Mayenne…) Développer les chemins de traverse thématiques pour valoriser la diversité des paysages et permettre l’accessibilité aux éléments patrimoniaux


Partager la page

S'abonner