Les dynamiques paysagères de la champagne de Conlie

Exemple d’évolution caractéristique de l’unité sur le secteur de Conlie

Dans le cadre de l’analyse des dynamiques paysagères, pour chaque unité paysagère, un secteur particulier est choisi de manière à caractériser, en tant qu’échantillon représentatif de l’unité, une large partie des dynamiques vécues à l’échelle de l’unité. Cette analyse s’appuie notamment sur la comparaison des données cartographiques et des photographies aériennes à différentes époques données. Ce zoom est représentatif mais non exhaustif des dynamiques vécues à l’échelle de l’unité. Les dynamiques de l’unité qui ne s’illustrent pas à travers cet exemple sont donc détaillées à la suite.

Une structuration primitive rayonnante autour du bourg


La carte d’État-major montre l’implantation de Conlie sur l’axe historique qui relie Le Mans à Mayenne, en limite d’un système hydrographique assez complexe situé au sud-ouest du territoire. Le bourg se développe juste en amont de la rivière de La Gironde prenant sa source sur la commune. Les premières installations sont guidées par la présence de l’axe structurant, mais également par la présence du réseau hydrographique, qui amène le bourg à se développer en équerre vers le sud-est, l’accès à l’eau étant stratégique sur la plaine. Autour du bourg, les hameaux anciens s’installent alternativement sur les hauteurs des plateaux (La Vieille Abbaye) ou en surplomb des vallées (Verniette, Asnières, Les Petit et Grand Chevaigné, l’Habit surplombant une vallée sèche) libérant ainsi l’espace des riches terres de culture. A ce titre, il est intéressant de constater l’optimisation de la large trame parcellaire sur un plan concentrique autour des bourgs de Conlie et Cures. Une maille bocagère lâche organise les cultures dans le réseau viaire rayonnant à partir du bourg.
Des trames de haies qui s’organisent autour des cultures
L’orthophoto de 1958 montre la complexité du système de polyculture élevage sur le secteur de la plaine. On retrouve ainsi le réseau bocager dense des prairies de pâtures qui s’organise le long de la Gironde (vallée secondaire de la Vègre). La trame bocagère concentrique lâche organise des parcelles de cultures plus petites. Ces trames bocagères se densifient sur les versants des buttes à l’est ou à l’approche des cours d’eau. Le développement de Conlie s’étire en étoile le long des axes et notamment vers la gare au nord.
Un changement d’échelle et une simplification du paysage

Dans ce territoire où l’activité agricole est prégnante, le phénomène de regroupement parcellaire est important. Si les caprices géographiques semblent maintenir des surfaces parcellaires plus réduites et moins régulières aux abords des rivières, le territoire se caractérise désormais par un paysage agricole ouvert (grandes parcelles et peu d’arbres) dans lequel le réseau bocager, déjà menacé dans les années 1960, peine à se recomposer. L’orthophoto de 2010 montre également le développement des élevages label en extension des anciens sièges d’exploitation. La charte accompagnant les élevages de volailles de Loué, en incitant la replantation de lignes bocagères, va permettre à terme de recomposer le bocage selon une maille plus lâche, cloisonnant probablement les vues.

Les extensions récentes qui « remplissent les branches de l’étoile »

Après avoir connu un développement linéaire en branches de manière relativement dense, les extensions récentes sont marquées par un développement réalisé de manière quasi-exclusive sous la forme de lotissements de maisons individuelles non mitoyennes.


La « poche » d’extension au sud du bourg est accompagnée d’un tissu viaire non hiérarchisé. Ici, ce n’est pas la rue qui régit l’implantation de la construction. Au contraire, le réseau viaire s’organise pour permettre la desserte de l’ensemble des parcelles par la voiture.
Des implantations directement liées à l’accessibilité offerte par les infrastructures L’aménagement d’une déviation au nord du bourg de Conlie permet désormais le contournement des véhicules de transit. Avec la proximité de la voie de chemin de fer à enjeu régional (Le Mans - Laval) et de la gare de Conlie, ce secteur est stratégique pour l’émergence de zones d’activités disposant d’une bonne accessibilité. Un premier secteur a déjà été aménagé en entrée est du village.

Une dynamique constructive modérée

A proximité de l’agglomération mancelle, l’unité paysagère de la Champagne de Conlie n’est pas située dans la couronne sous pression urbaine soutenue. Néanmoins, elle est concernée par un développement périurbain important sur la ville de Conlie mais aussi de manière diffuse sur le reste de l’unité.


Sources bibliographiques

  • CERESA. Atlas des paysages de la Sarthe. Conseil Général de la Sarthe, DDE de la Sarthe, DIREN Pays de la Loire, 2005

Partager la page

S'abonner